Fédération des Très Petites Entreprises

 
 
 
 
 
 
 


 

Savoir Faire et Faire Savoir

I.S.F.
 
ADEQUATE
 
Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
 

Un effort de guerre collectif

Temps de travail: un effort de guerre collectif». La tribune de Viviane Chaine-Ribeiro

19 Mai 2020 avec l accord de  l Opinion

Temps de travail: un effort de guerre collectif». La tribune de Viviane Chaine-Ribeiro

19 Mai 2020

Pour l’ancienne présidente du Syntec, la question du temps de travail n’est pas une guerre d’idéologie, « ce sera une bataille pour retrouver une économie qui tourne, qui crée de la richesse et donc de l’emploi et du pouvoir d’achat »

Sans parler de l’attitude irresponsable de la CGT, mais pour répondre à la réaction des syndicats y compris la CFDT réformiste, il va bien falloir parler du temps de travail. Et ce, à plusieurs titres.

Il n’est pas question du monde d’avant, ni du monde d’après. Il n’est pas question d’une affirmation du président du Medef. Il n’est pas question d’exploitation ou de faire porter l’effort de la reprise uniquement sur « les travailleurs » – et d’ailleurs lesquels ? Travailleurs non salariés (TNS), les indépendants, artisans, commerçants... ne sont pas défendus par ces mêmes organisations syndicales. Bref, il n’est pas question du « libéralisme qui vaincra ». Ce n’est pas une guerre d’idéologie, ce sera une bataille pour retrouver une économie qui tourne, qui crée de la richesse et donc de l’emploi et du pouvoir d’achat, qui s’adapte à un environnement hostile et qui relance aussi bien l’offre que la demande. Tout ceci ne peut pas venir uniquement de soutiens publics et de mises sous perfusion des secteurs économiques. Tout le monde doit prendre sa part et pas seulement pour le bien du capitalisme, mais exactement comme le masque vous protège mais protège aussi les autres : les secteurs qui vont pousser vont aider les autres secteurs et donc les autres travailleurs à avancer.

Maillons forts. Et puis, quand on parle du temps de travail, de quoi parle-t-on ?

 

1/ Si les écoles ne reprennent pas complètement, des parents devront continuer à télétravailler : si on découpe son temps pour s’occuper des enfants, si on doit leur consacrer une demi-journée par exemple, quid des 11 heures de déconnexion ou des 10 heures maximum travaillées inscrites dans le Code du travail ?

2/ De façon générale, de 35 à 48 heures hebdomadaires, nous avons de la marge si l’on se compare à nos collègues européens. Adaptons-nous, rendons de la souplesse en allégeant le carcan administratif et permettons ensemble de sauver des secteurs entiers. L’économie est une chaîne, alors faisons en sorte que tous les maillons soient forts et avancent avec volontarisme.

3/ La crise aura permis de tester le télétravail en grandeur nature dans les secteurs qui le permettent. Bien sûr, les méthodes de travail, les modes de management devront être adaptés. L’accélération de l’usage de ce mode de travail est maintenant quasi certaine. Néanmoins, il faudra veiller à conserver le lien, l’attachement à l’entreprise. Et là, les « patrons » devront considérer leur communication, le partage d’information différemment.

 

Quant au partage de la valeur créée par cet effort de chacun, télétravailleurs ou pas, la loi Pacte de 2019 permet une utilisation patrimoniale du fruit de ce travail complémentaire : négocions entreprise par entreprise en créant par exemple un plan d’épargne retraite d’entreprise (PERE) collectif.

La législation devra donc évoluer au-delà des efforts déjà faits au début du quinquennat. A ce titre, je vous conseille la lecture du rapport de l’Institut Montaigne : Rebondir face au Covid-19.

L’état a « fait le job » et il va continuer à le faire en mettant en place un plan de relance. A nous, les entreprises et leurs salariés mais aussi les TNS, de faire le nôtre, de participer à « l’effort de guerre » qu’il va falloir fournir en augmentant notre temps de travail afin de sortir de cette ornière la tête haute et en conservant notre position et notre voix dans le concert Européen.

 

Viviane Chaine-Ribeiro est présidente du conseil de surveillance de Talentia-Software, administratrice de sociétés, ancienne présidente de la Fédération Syntec

 

 

 
Dernière modification : 20/05/2020